top of page
Rechercher

«Memories of the Future » : L’entretien avec Irina Ignat de myclimate

Le projet d’art sous le nom «Memories of the Future » à l’EuroAirport attrape aujourd’hui l’attention des voyageurs. Dans un entretien exclusif avec Irina Ignat, responsable d’équipe en marketing de la fondation myclimate, nous découvrons comment cette collaboration créative entre l’EuroAirport, myclimate et les écoles supérieures des beaux-arts s’est manifestée. Les œuvres d’arts, qui sont sensé nous sensibiliser chacun et chacune à notre propre empreinte carbone, sont à présent exposés à l’aéroport.


Un des oeuvres. Image: Friedli Fotografie Basel


Comment est-ce que cette collaboration entre l’EuroAirport, myclimate et les écoles supérieures des beaux-arts a-t-elle été établie ? 

L’EuroAirport nous a contacté avec la demande de lancer un partenariat de communication. Il s’est traité de trouver un moyen facile et léger pour motiver aux voyageurs de contribuer à la protection du climat. Ensuite, myclimate a développé avec l’EuroAirport le concept pour « Memories of the Future ». 

 

Quel rôle est-ce que myclimate joue dans le cadre de ce projet ? 

La fondation myclimate s’est engagé en tant que responsable de projet, a fait partie du développement du concept et l’a mis en œuvre. C’était nous qui a établi le contact avec les écoles supérieures, la « Hochschule Macromedia » de Fribourg-en-Brisgau et la « Hochschule für Gestaltung und Kunst FHNW » de Bâle, et qui a géré ce contact. En plus, nous avons soutenu les étudiants lors de la création de leurs œuvres et par rapport à des questions éventuelles. Finalement, nous nous sommes occupés à tout préparer pour la production des œuvres. 

 

Quels sont les buts de ces projets d’art ? 

Les projets devraient améliorer, de manière extraordinaire, la prise de conscience pour le changement climatique et l’empreinte carbone de chacun et chacune. Pour ce projet, un groupe de jeunes créatifs s’est rassemblé afin de trouver des méthodes de sensibiliser à travers de l’art au sujet du changement climatique et la responsabilité qui porte chacun et chacune. 

 

Comment est-ce que vous avez intégrés les étudiants des écoles supérieures à ce projet ? 

Les étudiants étaient fortement impliqués - tous les idées pour les œuvres parviennent d’eux. Tout au début, myclimate a organisé un coup d’envoi avec les étudiants et des représentants de l’EuroAirport pour présenter le concept «Memories of the Future ». Ensuite, les étudiants pouvaient élaborer leurs œuvres en s’appuyant sur un manuel que nous avons fourni. Il y avait une présentation intermédiaire devant l’EuroAirport et myclimate, permettant aux étudiants de recevoir encore une rétroaction. Tout le longue du projet, les étudiants ont été soutenus de près par leurs professeurs. 

 

De quelle manière est-ce que ce projet d’art contribue effectivement à la sensibilisation à l’environnement dans le cadre de voyager ? 

A mon avis, il s’agit d’une idée très créative pour toucher les voyageurs directement au « lieu de l’action », d’y montrer à travers de l’art comment ils peuvent contribuer à la protection du climat. Combien de voyageurs changent effectivement leur comportement, ceci est évidemment difficile de retracer. 

  



L'équipe du projet en point de mire - les délégués de l'EuroAirport, de la fondation myclimate, des deux écoles supérieures et des artistes devant l'une des œuvres d'art. Image: Friedli Fotografie Basel


Voici encore des impressions d'autres images. Tout les droits d'image chez Friedli Fotografie, Basel. Trouvez des descriptions sur quelques oeuvres sur le site web de l'EuroAirport.






Kommentare


bottom of page